1997 Les incohérences d’un proc’.

En 1996 le procureur de Paris Gabriel BESTARD absout Camille Cabana et Robert Pandraud, deux anciens ministres RPR qui faisaient payer leur femme de ménage par la mairie de Paris.

En 1997, après une dizaine de mois de réflexion tout de même, il ouvre une procédure  contre l’ex-ministre RPR Michel Giraud pour « conservation de prise illégale d’intérêt ». Depuis 1982, il faisait payer par la région Ile-de-France les employés de maison chargés d’entretenir son manoir de Morsang sur Seine (Essonne).

« Le Canard enchaîné »     n°4010   du 03/09/97 d’après un art. non signé.

Publicités

2 Réponses to “1997 Les incohérences d’un proc’.”

  1. Margueritat Claude Says:

    Le vent politique tourne et les girouettes avec …..

  2. Margueritat Claude Says:

    Lorsque le procureur « absout » les deux voyous (1) qui font payer leurs femmes de ménage par la mairie:
    – c’est un déni de justice vis à vis du contribuable parisien puisque c’est lui qui, finalement, paye ces femmes de ménage.
    – c’est un déni de justice vis a vis de tout autre justiciable qui, lui, sera sanctionné pour la même faute (remboursement, amende, emprisonnement).
    – enfin c’est un vol de la part de ce magistrat qui est rétribué par le peuple pour rendre la justice et qui ne fait pas son travail.

    (1) voyous parce que ces gens là gagnent suffisamment bien leur vie, payés par le peuple, pour ne pas chercher encore à « voler » le peuple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :