1997 Le douloureux sevrage d’un magistrat parisien.

Grand ami de Chirac – dont il fut, en 1986, le secrétaire d’Etat chargé du Pacifique -, Gaston Flosse président RPR du gouvernement polynésien, vient, comme l’a révélé « La Croix » 11/07/97, d’être mis en examen.

La juge parisienne Colette Bismuth-Sauron lui reproche de ne pouvoir expliquer une importante « variation de patrimoine » survenue durant son mandat de député, de 1993 à mai 97. Depuis la loi sur le transparence de la vie politique de 1988, en effet, les biens des parlementaires sont passés au scanner, avec transmission au parquet en cas de doute.

Il faut croire qu’il y eu doute, en l’occurence. Le 1er juillet, Alexandre BENMAKHLOUF, procureur général de Paris, tenant son courage d’une main et le combiné de l’autre, a téléphoné à l’Elysée. Il est tombé sur Olivier Echappé, conseiller juridique de Chirac, à qui il a annoncé en substance, et si l’on n’y voyait pas trop d’inconvénients, la mise en examen de l’ami Flosse.

La prochaine réforme de la justice exigera-t-elle la coupure du cordon téléphonique ? Mission impossible !

« Le Canard enchaîné »   n °4004  du 23/07/97  article non signé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :