**2007 Suspension puis mise en examen d’un substitut

Le 23 mai 2006 le Conseil supérieur de la magistrature donne un avis favorable à la suspension temporaire de Christian GOY, ex-substitut de Bayonne, récemment mis en examen à Bordeaux pour « viols sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité » au terme d’une enquête déclenchée par les plaintes de deux soeurs qui l’ont accusé d’abus sexuels pendant leur enfance à une époque où il exerçait comme avocat en Gironde. Il conseillait alors les parents des deux enfants. Les deux fillettes avaient alors 13 et 9 ans.

Il ne sera mis en examen que le 11 juillet 2007 et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. (Le Figaro du 15/07/07)

Journal « Sud-Ouest » du 24 mai 2006     signé J.MD

Par décret du Pdt de la République en date du 23/12/2009 Christian GOY est radié des cadres de la magistrature à compter du 30/11/2009 après révocation sans suspension des droits à pension.

Publicités

Étiquettes : ,

3 Réponses to “**2007 Suspension puis mise en examen d’un substitut”

  1. denidejustice Says:

    Nous avons classé cette affaire dans la rubrique « magistrats pedophiles » mais dans la mesure où nous ne savons quelle suite fut donnée à cette mise en examen nous considèrerons Christian Goy comme « présumé innocent ».

    Si quelqu’un peut nous informer quant au jugement … Merci

  2. Margueritat Claude Says:

    Voilà un exemple de ces transfuges d’avocats médiocres qui se réfugient dans la magistrature pour s’assurer une retraite.
    Médiocres avocats, comment peuvent-ils devenir d’honorables magistrats dans un corps de fonctionnaires irresponsables et protégés ? Et particulièrement celui des procs !

  3. denidejustice Says:

    Christian GOY avait contraint les deux fillettes d’une de ses clientes, alors qu’il était avocat en Gironde, à lui faire des caresses et des fellations. Les deux fillettes venaient moyennant quelques sous faire un peu de ménage dans son cabinet.

    A sa majorité l’une d’elles avait déposé plainte pour viol. Au cours de l’enquête, plusieurs femmes, mineures à l’époque des faits, avaient elles aussi dénoncé les relations sexuelles qu’il leur avait imposées. Deux d’entre elles n’étaient autres que ses nièces.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :